17. nov., 2020

Puissance d'une expérimentation

Pr Christian Péronne dans Hold-Up :
"Un test statistique sur un petit nombre de gens est beaucoup plus puissant que sur un grand nombre de gens".

Réaction de A.K. :
"Comment un médecin peut-il prononcer une telle ineptie ?
Et comment un médecin qui dit de telles bêtises peut-il être pris au sérieux ?"

Réaction de Jean-Pierre Cavelan :
Il est évident que la phrase sortie de son contexte peut surprendre.
Je pense qu'il faut toujours entendre l'ensemble du discours pour comprendre ce qui est dit.
L'idée complète est que :
Une expérimentation qui permet d'obtient des résultats très significatifs sur un petit nombre de cas est beaucoup plus puissante que celle qui permet d'obtenir des résultats peu significatifs sur un grand nombre de cas.

Une seule expérimentation peut être décisive par elle même :
Un exemple me vient immédiatement en tête :
L'expérimentation des vaccins par Louis Pasteur ne se faisait pas en double-aveugle-randomisé avec comparaison avec un groupe témoin et placébo.
La expérimentation en double-aveugle-randomisé avec comparaison avec un groupe témoin et placébo ne constitue pas l'alpha et l'oméga de la science.

Le fait qu'une expérience scientique doit être reproductible et doit permettre d'obtenir des confirmations est une autre histoire…

Il est clair qu'à l'IHU de Marseille on a choisi la bonne stratégie thérapeutique.
En constatant que l'utilisation de l'hydroxychloroquine (en association à l'azithromycine), fonctionne contre la Covid-19.
Pour que le traitement agisse il faut qu'il soit appliqué pendant la première phase de la maladie afin de diminuer la charge virale avant que l'augmentation de la charge virale ne déclenche une mauvaise réaction immunitaire.
Cette diminution de charge virale se contrôle au jour le jour, ce qui permet de vérifier l'action du traitement.
Pas besoin de comparer avec un groupe de patients sacrifiés pour ne pas être traités.
Évidemment ce traitement n'est pas une panacée, il ne peut être efficace qu'au début de la maladie, si la maladie est trop avancée, l'adversaire devient le propre système immunitaire du patient.